La surimpression, à quoi ça sert ?

Tous les graphistes pré-presse ont entendu parlé de la surimpression dans le milieu de l’imprimerie. Les imprimeurs spécifient souvent de ne pas oublier de passer les textes noirs en surimpression par exemple. Mais savez-vous exactement à quoi ça sert la « surimpression » (overprint en anglais), et pourquoi l’appliquer sur les textes ?
Avec mon expérience en imprimerie, je réalise que de nombreux graphistes ( même des agences de renom ) ne connaissant pas l’intérêt de la surimpression et encore moins les conséquences d’un oubli.

Le principe d’impression

Pour comprendre ce principe, il faut commencer par comprendre comment un document est imprimé.
Un imprimeur utilise un environnement CMJN ( Addition de couches ) : Cyan + Magenta + Jaune + Noir.
Votre visuel va être décomposé par couches de couleur, qui seront superposés l’une sur l’autre pour au final reproduire votre visuel sur le support.

La problématique du noir

La couche de noir est généralement appliquée en dernier, d’où le problème de surimpression.
Si votre texte n’est pas surimprimé, il va défoncer (knock-out en anglais) les couches de couleur se trouvant en dessous ( Cyan, Magenta et Jaune ), comme dans l’exemple ci-dessous

Couches CMJN Texte en défonce

Couches CMJN avec texte noir en défonce

Dans ce cas, la sur-impression n’a pas été appliquée, il suffit d’un décalage d’un demi millimètre lors de l’application de la couche de noir pour voir apparaitre une frange blanche autour de vos textes. Si le décalage est plus important, les petits textes risquent d’être complètement illisible, comme sur l’illustration suivante :

Calage CMJN imprimerie

Exemple de problème de calage des textes noirs

Les solutions existantes

Les logiciels actuels de création et de mise en page incorporent la possibilité d’appliquer manuellement la surimpression sur vos textes et éléments nécessitant une surimpression, ainsi que la possibilité de visualiser le rendu en séparant les couches.

Palette Indesign surimpression

Palettes d’outils InDesign permettant de visualiser la séparation des couleurs et d’effectuer une surimpression manuelle

Passer le noir en noir enrichi (ou repérage) , la fausse bonne solution

Cela peut paraitre une solution idéale, de faire apparaitre votre texte noir dans toutes les couches, comme ça plus de problème de défonce.
Oui, cette possibilité supprime le problème de la défonce, mais ajoute une nouvelle problématique ( et de taille ), il s’agit désormais de caler correctement 4 couches et non plus une seule. De ce fait, il y à 4 fois plus de chance d’avoir un texte illisible.

Exemple calage noir enrichi imprimerie

Exemple d’un calage de texte en quadri ( ou noir enrichi / repérage )

En conclusion

Vous en savez désormais plus sur la surimpression, le principe de base ainsi que les solutions qui s’offrent à vous pour éviter d’avoir le retour systématique de l’imprimeur ou de faire s’arracher les cheveux aux opérateurs lors du calage de l’impression.
A savoir que ces problèmes ne se posent qu’en imprimerie sérigraphie / offset, car l’impression numérique n’utilise pas les mêmes procédés, mais vous pouvez cependant quand même appliquer la surimpression, pour garder le réflexe.

Laisser un commentaire